Atelier
 Cézanne
Marseille

 

accueil

présentation

organisation

les galeries

Expositions

contacts

Jacqueline GUERIN ----------- Figuratif interprété

Jacqueline GUERIN

N'ayant pas eu l'autorisation d'aller faire mes études aux Beaux-Arts, j'ai fait des études scientifiques (physique/chimie) à la faculté Saint-Charles.
Mais, rapidement, chassez le naturel il revient au galop, j'ai suivi pendant 3 ans des cours par correspondance de dessin et de peinture, avec une école américaine : la « Famous artist school ».
Puis je suis allée me perfectionner dans différents ateliers avec des peintres et sous l'autorité de bons peintres.

Petit à petit, mon style s'est affirmé.

Après avoir fait le tour du non-figuratif, je me suis orientée vers le « figuratif interprété », autant sur papier que sur toile.
J'ai aimé aussi les collages sur papier, souvent par dessus des dessins au pastel sec, à l'encre ou à la gouache.

Aujourd'hui, outre l'huile, je ne crains pas d'intégrer dans mes toiles papier d'aluminium, papier doré, sable ou terre ocre de Roussillon, coquille d'œufs pilée, paillettes or, argent ou cuivre, étoiles ou autres collages...

Comme si je voulais donner du relief sur la toile, construire ou sculpter.

Mes médiums : mes brosses, mes pinceaux, mes couteaux, mes chiffons et... mes doigts.

Mes couleurs : une unité sur la toile, car si la nature accepte le bleu marine du ciel avec le vert de la végétation et l'ocre de la terre, en peinture c'est un peu à hurler !
Des tableaux plutôt bleus, ou rouge, ou mauves, ou ocres, ou roses, etc. Avec le moins de mélange de couleurs possible pour qu'elles ne se tuent pas les unes les autres.

L'inspiration n'est pas toujours au rendez-vous, il faut aller la chercher dans l'imaginaire, dans les rêves, la réflexion. Quand elle est là, la projeter sur la toile devient presque un arrachement et c'est très difficile.

Souvent, je sens que ma main est guidée par je ne sais quelle force supérieure, ce n'est plus moi qui tient le pinceau ou le couteau. Comme si quelqu'un d'autre prenait le relais pour m'aider dans ma création.

Quand j'habitais Paris ou Lyon, mes tableaux étaient le reflet de ma nostalgie du sud, de la mer, des bateaux, du vent, de Marseille.

Aujourd'hui, la mer et le soleil sont là, enrichis par mes voyages et mes balades dans les différents pays méditerranéens que j'ai arpentés, à la recherche de leurs cultures, de leurs religions, de leurs déserts magnifiques. Sans oublier cette Méditerranée qui m'est si chère et si capricieuse.

 

Retour liste
Galerie Jacqueline GUERIN